Et si faire le vide, c’était aussi faire le plein ?