L'entretien d'embauche par Emile Zola

Denise avait la bouche sèche, les mains froides, reprise d’une de ses anciennes peurs d’enfant, lorsqu’elle tremblait d’être fouettée. Elle bégaya sa demande, dut la recommencer pour la rendre intelligible. Mme Aurélie la regardait de ses grands yeux fixes, sans qu’un pli de son masque d’empereur daignait s’attendrir.
– Quel âge avez-vous donc ?
– Vingt ans, madame.
– Comment vingt ans ! mais vous n’en paraissez pas seize !
De nouveau, les vendeuses levaient la tête. Denise hâta d’ajouter :
– Oh ! je suis très forte !
Mme Aurélie haussa ses larges épaules. Puis elle déclara :
– Mon Dieu ! je veux bien vous inscrire. Nous inscrivons ce qui se présente… Mademoiselle Prunaire, donnez-moi le registre.
On ne le trouva pas tout de suite, il devait être entre les mains de l’inspecteur Jouve. Comme la grande Clara allait le chercher, Mouret arriva, toujours suivi de Bourdoncle. Ils achevaient le tour des comptoirs de l’entresol, ils avaient traversé les dentelles, les châles, les fourrures, l’ameublement, la lingerie, et ils finissaient par les confections. Mme Aurélie s’écarta, causa un moment avec eux d’une commande de paletots qu’elle comptait faire chez un des gros entrepreneurs de Paris ; d’ordinaire, elle achetait directement et sous sa responsabilité ; mais, pour les achats importants, elle préférait consulter la direction. Ensuite, Bourdoncle lui conta la nouvelle négligence de son fils Albert, qui parut la désespérer : cet enfant la tuerait ; au moins, le père, s’il n’était pas fort, avait pour lui de la conduite. Toute cette dynastie des Lhomme, dont elle était le chef incontesté, lui donnait parfois bien du mal.
Cependant, Mouret, surpris de retrouver Denise, se pencha pour demander à Mme Aurélie ce que cette jeune fille faisait là ; et, quand la première eut répondu qu’elle se présentait comme vendeuse, Bourdoncle, avec son dédain des femmes, fut suffoqué de cette prétention.
– Allons donc ! murmura-t-il, c’est une plaisanterie ! Elle est trop laide.
– Le fait est qu’elle n’a rien de beau, dut Mouret, n’osant la défendre, bien que touché encore de son extase en bas, devant l’étalage.
Mais on apportait le registre, et Mme Aurélie revint vers Denise. Celle-ci ne faisait décidemment pas une bonne impression. Elle était très propre, dans sa mince robe de laine noire ; on ne s’arrêtait pas à cette pauvreté de la mise, car on fournissait l’uniforme, la robe de soie réglementaire ; seulement, elle paraissait bien chétive et elle avait le visage triste. Sans exiger des filles belles, on les voulait agréables, pour la vente. Et, sous les regards de ces dames et de ces messieurs, qui l’étudiaient, qui la pesaient, comme une jument que des paysans marchandent à la foire, Denise achevait de perdre contenance.
– Votre nom ? demanda la première, la plume à la main, prête à écrire sur le bout d’un comptoir.
– Denise Baudu, madame.
– Votre âge ?
– Vingt ans et quatre mois.
Et elle répéta, en sa hasardant à lever les yeux sur Mouret, sur ce prétendu chef de rayon qu’elle rencontrait toujours, et dont la présence la troublait :
– Je n’en ai pas l’air, mais je suis très solide.
On sourit. Bourdoncle regardait ses ongles avec impatience. La phrase d’ailleurs tomba au milieu d’un silence décourageant.
– Dans quelle maison avez-vous été, à Paris ? reprit la première.
– Mais, madame, j’arrive de Valognes.
Ce fut un nouveau désastre. D’ordinaire, le Bonheur des Dames, exigeait de ses vendeuses un stage d’un an dans une des petites maisons de Paris. Denise alors désespéra ; et, sans la pensée des enfants, elle serait partie pour mettre fin à cet interrogatoire inutile.
– Où étiez-vous à Valognes ?
– Chez Cornaille.
– Je le connais, bonne maison, laissa échapper Mouret.
Jamais d’habitude il n’intervenait dans cet embauchage des employés, les chefs de rayon ayant la responsabilité de leur personnel. Mais, avec son sens délicat de la femme, il sentait chez cette jeune fille un charme caché, une force de grâce et de tendresse, ignorée d’elle-même. La bonne renommée de la maison de début était d’un grands poids ; souvent, elle décidait de l’acceptation. Mme Aurélie continua d’une voix plus douce :
– Et pourquoi êtes-vous sortie de chez Cornaille ?
– Des raisons de famille, répondit Denise en rougissant. Nous avons perdu nos parents, j’ai dû suivre mes frères… D’ailleurs, voici un certificat.
Il était excellent. Elle recommençait à espérer, quand une dernière question la gêna.
– Avez-vous d’autres références à Paris ?… Où demeurez-vous ?
– Chez mon oncle, murmura-t-elle, hésitant à le nommer, craignant qu’on ne voulût jamais de la nièce d’un concurrent. Chez mon oncle Baudu, là, en face.
Du coup, Mouret intervint une seconde fois.
– Comment, vous êtes la nièce de Baudu !… Est-ce que c’est Baudu qui vous envoie ?
– Oh ! non, monsieur !
Et elle ne put s’empêcher de rire, tant l’idée lui parut singulière. Ce fut une transfiguration. Elle restait rose, et le sourire, sur sa bouche un peu grande, était comme un épanouissement du visage entier. Ss yeux gris prirent une flamme tendre, ses joues se creusèrent d’adorables fossettes, ses pâles cheveux eux-mêmes semblèrent voler, dans la gaieté bonne et courageuse de tout son être.
– Mais elle jolie ! dit tout Mouret à Bourdoncle.
L’intéressé refuse d’en convenir, d’un geste d’ennui. Clara avait pincé les lèvres, tandis que Marguerite tournait le dos. Seule, Mme Aurélie approuva Mouret de la tête, quand il reprit :
– Votre oncle a eu tort de ne pas vous amener, sa recommandation suffisait… On prétend qu’il nous en veut. Nous sommes d’esprit plus large, et s’il ne peut occuper sa nièce dans sa maison, eh bien ! nous lui montrerons que sa nièce n’a eu qu’à frapper chez nous pour être accueillie… Répétez-lui que je l’aime toujours beaucoup, qu’il doit s’en prendre, non pas à moi, mais aux nouvelles conditions du commerce. Et dites-lui qu’il achèvera de se couler, s’il s’entête dans un tas de vieilleries ridicules. […]
Mme Aurélie, cependant, fermait le registre. Il lui fallait une seule vendeuse, et il y avait déjà dix demandes inscrites. Mais elle était trop désireuse d’être agréable au patron pour hésiter. La demande toutefois suivrait son cours, l’inspecteur Jouve irait aux renseignements, ferait son rapport, et la première prendrait une décision.
C’est bien, mademoiselle, dit-elle majestueusement, pour réserver son autorité. On vous écrira.

Au bonheur des Dames de Emile Zola.
Le récit est inspiré des renseignements fournis par Léon Carbonnaux sur l’embauche au Bon Marché. Le roman est paru en feuilleton du 17 décembre 1882 au 1er mars 1883 dans Gil Blas.

Sur la lune…

Une note de synthèse parue il y a une année mais toujours si actuelle.

A découvrir sur le site de l’agence Onthemoon

Tags: ,

Bien répondre aux questions des recruteurs

Bien repondre questions recruteurs par Aymeric Vincent

Vous voilà à présent à la recherche d’un emploi. Un premier emploi ? Un nouvel emploi ? Qu’importe ! L’objectif de ce guide est de vous aider à répondre aux questions de celui ou de celle qui va vous recruter et, surtout, de bien y répondre.

En s’appuyant sur de nombreux témoignages de recruteurs, l’ouvrage décrypte l’entretien de recrutement étape par étape. Il analyse l’importance du comportement en expliquant le rôle du regard, des mains mais aussi celui de l’intonation ou de la vitesse de parole. Il étudie également la cohérence des mots à utiliser et les différents styles de langage. Une série de questions pratiques, tirées de situations réelles, illustrent les propos.

Bien répondre aux questions des recruteurs. Aymeric Vincent Editions Studyrama, mai 2007.

 

Management – Les Echos

A la une des Echos et de Enjeux les Echos


RSS to JavaScript

Les communautés (virtuelles ou réelles)

[slideshare id=147807&doc=les-communautes-virtuelles-par-eric-lamidieu-1193560612884933-1&w=425]